Godwin Adongo and Eva Barton: How social media brought together two promising athletes

2 weeks ago
12 Views


*** La version française ci-dessous/ French version below ***

Godwin Adongo loves to run. At eight years old, she finds athletics shows more interesting than cartoons and watches the Diamond League for fun. On Saturdays and Sundays, she hits dirt tracks in the Ugandan city of Lira for one-hour drills, honing her skills as a runner.

“I started running when I was three year old,’ says Adongo. “That’s when I first went to school.”

In 2018, she stunned crowds by her seemingly effortless conquering of the 1500m and 3000m events during the national school championships in Uganda. Her obvious gifts earned her the privilege of a dedicated group of professionals consisting of three coaches and a personal doctor, to monitor her progress.

“Godwin has a God-given talent,” says her father Patrick Okodi proudly. “When she joined primary one, she started to participate in school competitions and I noticed then that she had aptitude.”

It was quite easy for Okodi to pick up on her gifts as he might have been an athlete himself, had he shown a propensity for the sport. After all, his father was John Akii Bua, the Ugandan legend whose record-breaking run to gold in the 400m hurdles in the 1972 Olympic Games made him a national hero. However, his gift seemed to have skipped a generation.

“Akii Bua was a loving father and he used to train us, his children, but we were not talented in athletics,” says Okodi.

Decades after his passing, Akii Bua remains a celebrated figure in Uganda. His family treasures his memory and legacy. Adongo is growing up with stories about her legendary grandfather and they are already inspiring her.

She also follows Kenya’s Hellen Obiri and Genzebe Dibaba from Ethiopia and hopes she can meet them one day.

“I want so much to talk to my role models Genzebe Dibaba and Hellen Obiri, I need their advice.”

Thousands of miles away in England…

Eleven-year-old Eva Barton is shaping her path into athletics. She has won at least 20 races since 2018, setting some of the fastest road mile & track mile times for her age group. She has competed in sprints and long-distance races but is now showing a liking for middle distance.

“Laura Muir is my idol,” says Barton. “I was lucky enough to see her break the indoor 1 mile record last year at Birmingham, it was at that point I decided middle distance was going to be my focus.”

This year began with Barton ready to continue down that road but when the coronavirus hit the UK hard in March, the competitions stopped. As the break lengthened, she began to outgrow her kits.

“I had several pairs of spikes that were virtually unused due to Covid19 lockdown,” says Barton, “so I decided to advertise them on social media.”

In Uganda, Okodi saw the ad on Facebook. He replied with a picture of him and his daughter, alongside the comment, “help the young girl with the spike, she does not have one.”

“When I saw pictures of Godwin training in Uganda, I realised I’m lucky enough to have every bit of kit I need to train & compete,” says Barton.

She was moved to help and asked about Adongo’s shoe size. Unfortunately, the running shoes were too big for Adongo but Barton thought of something else.

“I get to go all over the UK to race in great venues, but it’s not the same for her. She trains so hard and has become a regional champion and deserves the same chances as I get.

“So I decided to save my pocket money to buy Godwin some new shoes and running kit.”

On Facebook, she put pictures of herself and 8-year-old Abongo side-by-side and asked, “What’s the difference? It should be none, we should both be able to dream of being champions.”

The response went far beyond Barton’s expectations.

“When I posted what I was doing on social media tens of thousands of people all over the world saw it, several companies and schools from the UK made small kit donations – and a few people even donated money, too.

“British Athletics saw my article and also donated some team kit for her to wear. I haven’t raised a lot of money but so far I’ve been able to raise enough to buy her some new trainers and a set of running kit like mine so we can match and my sponsor Enertor provided some specialist insoles, socks and clothing.”

Abongo and her family were overwhelmed with gratitude.

“I feel like she was God-sent,” says Abongo.

Helping “as many girls as I can”

The response to her social media campaign has given Barton and her family a desire to reach out to other athletes from difficult backgrounds.

“I think there are great young girls running all over the world and they all deserve a chance of training to becoming world champions. Having access to the basics like running shoes shouldn’t hold any of us back. I’d like to be able to help as many girls like me as I can,” says Barton.

Barton’s father, Scott, is very supportive of his daughter’s idea and says it could be the springboard for a platform to reach out to other young girls who need support.

“With all the support Eva has had on social media she has an idea of creating some kind of sponsorship or foundation and being the spokesperson for helping raise funds and helping young female athletes all over the world.”

Meanwhile, there is a budding friendship between the two girls.

“I normally talk to Eva when our parents are chatting on Facebook,” says Adongo.

“We mostly swap messages and pictures via our parents about the races we are in and the training we are doing,” Barton adds. “I get to train on stadium tracks and Godwin trains on dirt tracks and in the countryside, it’s very different. But we are aiming for the same thing.”

They both have the support of their parents.

“I’m extremely proud of Eva and her attempts to help others,” her father says. “I think we could all learn something from her. In the highly competitive field of athletics – to see her helping others is inspirational.”

“I feel so good for both Eva and Godwin, and I believe that one day they will meet in a big event,” says Okodi.

The girls share dreams of dominating the tracks some day. Adongo wants to live up to her grandfather Akii Bua’s name, and sees herself as a “great athlete and a doctor” in future.

Barton wants to break records.

“One day I’d like to take Laura Muir’s mile record and compete around the world representing Great Britain, hopefully with Godwin in the same events.”

Helen Ngoh for World Athletics

Note: for information on how to help with Barton’s efforts, contact Scott Barton via email.

Godwin Adongo adore courir. À huit ans, elle trouve les rencontres d’athlétisme plus intéressantes que les dessins animés et regarde la Ligue de diamant pour s’amuser. Les samedis et dimanches, elle fait des exercices d’une heure sur des pistes de terre battue dans la ville ougandaise de Lira, ce qui lui permet de perfectionner ses aptitudes de coureuse.

« J’ai commencé à courir à l’âge de trois ans », a déclaré Godwin. « C’est à ce moment-là que je suis allée à l’école pour la première fois. »

En 2018, elle époustoufla beaucoup de monde par ses performances, en apparence sans effort, lors du 1500m et du 3000m des championnats scolaires nationaux en Ouganda. Ses indéniables qualités de coureuse lui valurent le privilège d’être suivie par un groupe de professionnels dévoués, composé de trois entraîneurs et d’un médecin personnel.

« Le talent de Godwin est un don de Dieu », a déclaré fièrement son père Patrick Okodi. « Lorsqu’elle est entrée en primaire, elle a commencé à participer à des compétitions scolaires et j’ai alors remarqué qu’elle avait de grandes capacités. »

Patrick Okodi connaît bien le sujet, car il aurait pu lui-même être un athlète, s’il avait montré une prédisposition pour ce sport. Après tout, son père était John Akii-Bua, la légende ougandaise dont la course record vers l’or sur 400m haies aux Jeux olympiques de 1972 a fait de lui un héros national. Pourtant, il semblerait que le don de John Akii-Bua ait sauté une génération.

« John Akii Bua était un père aimant. Il nous entraînait, nous, ses enfants, mais nous n’étions pas doués pour l’athlétisme », a déclaré Patrick Okodi.

Des décennies après sa mort, Akii-Bua reste une figure célèbre en Ouganda. Sa famille chérit sa mémoire et son héritage. Godwin grandit avec des histoires sur la légende de son grand-père, des histoires qui l’inspirent déjà.

Elle suit également la Kényane Hellen Obiri et l’Éthiopienne Genzebe Dibaba avec l’espoir de les rencontrer un jour.

« J’ai tellement envie de parler à mes modèles Genzebe Dibaba et Hellen Obiri, j’ai besoin de leurs conseils. »

À des milliers de kilomètres de là, en Angleterre…

Eva Barton, onze ans, se fraie un chemin dans le monde de l’athlétisme. Elle a remporté au moins 20 courses depuis 2018, établissant des temps parmi les plus rapides dans sa catégorie d’âge au mile sur route et sur piste. Elle a participé à des sprints et à des courses de fond, mais désormais c’est le demi-fond qu’elle affectionne.

« Laura Muir est mon idole », a déclaré Eva. « J’ai eu la chance de la voir battre le record du mile en salle l’année dernière à Birmingham, c’est à ce moment que j’ai décidé de me concentrer sur le demi-fond. »

Cette année, Eva était prête à poursuivre cette voie, mais, en mars, le coronavirus frappa durement le Royaume-Uni ce qui entraîna l’arrêt des compétitions. La jeune fille grandit et certains de ses vêtements cessèrent d’être à sa taille.

« J’avais plusieurs paires de chaussures à pointes pratiquement inutilisées en raison du confinement. J’ai alors décidé de publier une annonce sur les réseaux sociaux. »

En Ouganda, Patrick Okodi vit la publication sur Facebook. Il répondit avec une photo de lui et de sa fille, en plus du commentaire « Help the young girl with the spike, she does not have one (Aidez cette jeune fille qui n’a pas de chaussures à pointes) ».

« Quand j’ai vu les photos de Godwin s’entraînant en Ouganda, j’ai réalisé que j’avais la chance d’avoir tout le matériel nécessaire pour m’entraîner et participer à des compétitions », a déclaré Eva.

Déterminée à l’aider, Eva demanda la pointure de Godwin. Malheureusement, les chaussures de course étaient trop grandes pour Godwin, mais Eva eut une autre idée.

« J’ai la chance d’aller partout au Royaume-Uni pour faire des courses dans des endroits superbes, mais ce n’est pas la même chose pour elle. Elle s’entraîne tellement dur qu’elle est devenue championne régionale et mérite les mêmes chances que moi. »

« J’ai donc décidé d’économiser mon argent de poche pour acheter à Godwin de nouvelles chaussures et une tenue de course. »

Sur Facebook, elle posta côte à côte une photo d’elle et une de Godwin, à l’âge de 8 ans, avec le commentaire : « Quelle est la différence ? Il ne devrait y en avoir aucune. Nous devrions toutes les deux pouvoir rêver d’être championnes. »

La réponse a largement dépassé les attentes d’Eva.

« Lorsque j’ai posté cette publication sur les réseaux sociaux, des dizaines de milliers de personnes dans le monde entier l’ont vue. Plusieurs entreprises et écoles du Royaume-Uni ont fait des dons de tenues de sport pour enfant et quelques personnes ont même donné aussi de l’argent.

British Athletics a vu mon article et lui a également fait don d’une tenue d’équipe. Je n’ai pas récolté beaucoup d’argent, mais jusqu’à présent, j’ai pu en récolter suffisamment pour lui acheter de nouvelles baskets et une tenue de course complète comme la mienne, pour pouvoir être assorties. Mon sponsor Enertor a fourni des semelles spécialisées, des chaussettes et des vêtements. »

Godwin et sa famille se sont montrés très reconnaissants.

« J’ai l’impression qu’elle a été envoyée par Dieu », a déclaré Godwin.

Aider « autant de filles que possible »

La réaction à sa campagne sur les réseaux sociaux a donné à Eva et à sa famille l’envie de venir en aide à d’autres athlètes issues de milieux difficiles.

« Je pense qu’il y a des jeunes filles formidables qui courent partout dans le monde et elles méritent toutes une chance de s’entraîner pour devenir championnes du monde. L’accès à des articles de base comme les chaussures de course ne devrait retenir aucun d’entre nous. J’aimerais pouvoir aider le plus grand nombre possible de filles comme moi », a déclaré Eva.

Scott, le père d’Eva, est très favorable à l’idée de sa fille et reconnaît que cela pourrait être un tremplin pour aller à la rencontre d’autres jeunes filles qui ont besoin de soutien.

« Avec tout le soutien qu’Eva a reçu sur les réseaux sociaux, elle a eu l’idée de créer une sorte de parrainage ou de fondation et d’en être la porte-parole pour collecter des fonds et aider les jeunes athlètes féminines du monde entier ».

Pendant ce temps, une amitié est en train de naître entre les deux filles.

« D’habitude, je parle à Eva quand nos parents discutent sur Facebook », dit Godwin.

« Nous échangeons surtout des messages et des photos via nos parents sur les courses auxquelles nous participons et les entraînements que nous faisons », ajoute Eva. « Je m’entraîne sur les pistes du stade et Godwin s’entraîne sur des pistes en terre et à la campagne. C’est très différent, mais nous visons la même chose. »

Les deux jeunes filles peuvent compter sur le soutien de leurs parents.

« Je suis extrêmement fier d’Eva et de ses efforts pour aider les autres », a déclaré son père. « Je pense que nous avons tous quelque chose à apprendre d’elle. Dans le domaine très compétitif de l’athlétisme, la voir aider les autres est une source d’inspiration. »

« Je me sens tellement bien pour Eva et Godwin, et je sais qu’un jour elles se rencontreront lors d’une grande compétition », a déclaré Patrick Okodi.

Les deux filles partagent le rêve de dominer un jour les pistes.

Godwin veut se hisser à la hauteur de son grand-père John Akii-Bua et se voit plus tard devenir « une grande athlète et un médecin ».

Eva veut battre des records. « Un jour, j’aimerais ravir à Laura Muir son record du mile et représenter la Grande-Bretagne à travers le monde, avec, je l’espère, Godwin dans les mêmes épreuves. »

Helen Ngoh pour World Athletics

NB: Pour savoir comment vous pouvez aider Barton, vous pouvez contacter Scott Barton par email.

Let’s block ads! (Why?)

WorldAthletics News and Features

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Translate »